Ma mairie

Accueil Retour à la liste

Dans les coulisses du Corso

Depuis octobre, les huit chars du Corso (30 mai et 1er juin), se dessinent sous les mains habiles d’une bande de passionnés. Visite secrète au cœur du chantier

En quatre ans, Jean-Marie Soumille ne s’effraie plus : vers l’automne, comme les autres fabricants du Corso, il reçoit le dessin de « son char ». Un dessin précis et rigoureux, auquel il va devoir se soumettre pour correspondre au projet du Comité des fêtes de Cavaillon en vue du traditionnel Corso. Passées quelques minutes de perplexité, le quinquagénaire va chercher dans son garage, cartons et planches qu’il garde toute l’année et direction le hangar où tous les chars se préparent.
Jusqu’à mai, il va passer là deux heures chaque soir et davantage encore les week-ends : « C’est pour ça que j’ai attendu que les enfants soient grands. On a du temps » lance-t-il en souriant.
Il ne dit pas tout ce technicien de laboratoire aux mains d’or : c’est en fait parce que son épouse, Corinne, avait gardé un souvenir émerveillé des chars du Corso de son enfance, qu’il a décidé avec elle, d’en confectionner un. Et il n’a plus cessé même si Corinne elle, manque parfois un peu d’enthousiasme à l’ide de bouillonner des heures durant. Oui parce que bouillonner est un art ! Et pas un char n’utilise la même technique pour colorer et donner du relief aux motifs. Il faut prendre une bande de papier crépon, la chiffonner, puis l’étirer, l’enduire de colle et ensuite, la poser soigneusement à son emplacement. Ou la bouillonner sur place. Ou…. On ne saura pas tout : Eric, Jean-Marie et leurs copains, ne dévoilent pas tous les secrets.
Ce qui est sûr, c’est que dans ce hangar, c’est l’entraide et la bonne humeur qui dominent. On s’extasie, on salue les performances, on se taquine et on accueille avec gentillesse telle maman qui depuis plus de 20 ans, vient décorer le char de son fils. 
Jean-Marie lui, s’applique, à plat-ventre sur les planches pour décorer chaque détail. Il faut dire que son char sera celui de Saskia 2, reine de la ville jumelle de Weinheim. Une responsabilité qui lui ferait presque oublier son autre passion : jockey amateur en trot-attelé, il est aussi un bénévole de l’hippodrome. Et c’est grâce à ces bénévoles, doux « dingues » passionnés qu’une ville vit, respire et fait la fête. En attendant, on bouillonne d’impatience…
Le corso aura lieu le 30 mai à 15 heures et le 1er juin à 21h30 : défilé dans la ville.


 

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies utiles à la réalisation des statistiques de visites.

Plus d'informations